Rechercher dans ce blog

Translate

vendredi 31 mai 2013

Jean Racine, Kabbaliste au service du Roi. Par Dominique Blumenstihl-Roth, éditions Peleman.

Jean Racine était-il un kabbaliste ?
Quel est le rôle du théâtre au regard de la Civilisation ?
Voici un livre qui met les choses au point.



Un livre de
Dominique Blumenstihl-Roth
publié aux Editions Peleman


Dans le sillage de Molière et Corneille, ses contemporains, Jean Racine écrit une œuvre théâtrale éblouissante. Orphelin d'une famille modeste, jeune auteur adulé par des femmes influentes, le voici rapidement promu parmi les intimes du roi Louis XIV dont il devient l'ami et le confident. Quel est le secret de cette fulgurante réussite littéraire et sociale ? Comment ce « provincial sans naissance » parvient-il à conquérir le Public et à s'insinuer au cœur de l'appareil politique du Grand Siècle, au plus près du Pouvoir central ? Qui était Jean Racine ?
Les documents historiques abondent mais ne percent pas le secret de cet homme qui semble avoir gardé pour lui l'essentiel de sa méthode et de son projet. Cependant, c'est en décryptant son théâtre, d'Iphigénie à Bérénice, de Britannicus à Phèdre, que transparaissent ses ambitions et les sources de son inspiration. Elles émergent au grand jour dans ses pièces Esther et Athalie : Racine est un kabbaliste hors pair.
Maîtrisant l'hébreu, sa connaissance des Textes est remarquable. Se référant au Pirké de Rabbi Eliezer, au Zohar araméen, au Sefer Yetsirah, il conçoit une nouvelle forme de représentation scénique : il invente un théâtre organique édifié sur le modèle des Séphiroth ! Sous couvert de l'érudition gréco-latine, citant à profusion Euripide, Homère et Aristote, il n'en sert pas moins au Public — à la Cour — un théâtre infusé aux critères de la kabbale hébraïque où l'on reconnaît l'influence d'Isaac Louriah, le grand maître de Safed.
Quel jeu joue-t-il ? Qui se profile sous le masque ?
Formé à Port-Royal, école soupçonnée de sédition, persécutée puis interdite, fut-il aux côtés de l'épouse du roi, Madame de Maintenon, l'agent secret d'une cause spirituelle « révolutionnaire », contre-inquisitoriale, infiltrée au cœur du Pouvoir ? Que préparait-il ? Un coup d'Etat culturel dont le Théâtre serait le vecteur symbolique ? Tout le laisse à penser, tant ses pièces Esther et Athalie, directement inspirées des épisodes bibliques correspondants mettent en scène non seulement la salvation du peuple d'Israël, mais également un subtil commentaire imagé du rôle civilisateur du théâtre en tant que vecteur de la Révélation.

Cet ouvrage présente un véritable décryptage des pièces de Jean Racine, relevant les hébraïsmes, les concepts kabbalistiques mis en œuvres dans l'architecture dramatique. L'auteur de ce livre rend un chaleureux hommage à la kabbaliste Dominique Aubier dont il est l'assistant depuis 27 ans.



Jean Racine, kabbaliste au service du Roi

par Dominique Blumenstihl-Roth
Editions Peleman,
ISBN : 2-9522261-4-8
362 pages. 47 euros.




vendredi 24 mai 2013

La phobie des araignées… עכביש


La phobie des araignées
Au regard de la Face cachée du Cerveau

Par Dominique B. Roth

Dans un récent reportage diffusé sur France 2, la belle Adriana Karembeu avoue à un de ses amis médecins qu’elle souffre d’une singulière phobie : celle des araignées. La jeune femme est prise de sueurs froides rien qu’à l’énoncé du mot, si bien que son ami l’emmène voir une spécialiste des arachnides, pensant qu’une explication scientifique pourrait l’aider à dominer sa peur.

L’idée n’est pas mauvaise, car l’explication d’un phénomène réduit l’impact de sa portée émotionnelle. Le médecin de lui clarifier que les amygdales cérébrales, sensibilisées par la perception de l’animal, se voient alertées au moindre signal évoquant la bestiole et que la phobie viendrait de ce que la réaction nerveuse de peur n’était pas compensée par une prise de conscience rationnelle. Fort bien. Cependant, cela n’explique par pourquoi les dites zones cérébrales sont à ce point sensibles à la vue, au toucher, au mot même que déclenche l’araignée.

Le problème ne réside donc pas tant dans le cerveau d’Adriana qui a l’air d’être une personne tout à fait saine d’esprit : ne faudrait-il pas se demander pourquoi la phobie concerne précisément cet animal ? Et non seulement la bestiole, mais l’idée que l’on en a ? Car la personne panique à la moindre allusion suggestive en évoquant le thème. Ce qui est en cause, c’est donc l’animal, son sens, mis en rapport avec la perception que l’on en a… au travers de notre instrument de pensée qu’est le cortex.

Dans son livre La Face cachée du Cerveau, Dominique Aubier présente les strates corticales : 10 strates corticales réparties sur 6 couches édifient le cortex, ayant chacune des types de cellules spécifiques. Le cerveau, explique-t-elle, fonctionne essentiellement selon des processus analogiques. La raison raisonnante, quant à elle, est le produit d’un apprentissage… à l’occidentale, cependant que la pensée de type analogique, construite sur des réseaux d’images mises en relations les unes avec les autres, des réseaux de symbolismes, semble bien plus universellement admise.

Particulièrement sensible aux « invariants », c’est-à-dire les archétypes, le cortex — qui en restitue la structure unitaire — élabore toutes sortes de stratégies d’intégrations sémantiques tendant à leur donner sens. Les archétypes, images symboliques universelles, ont conditionné la pensée humaine, depuis l’apparition de l’humanité. Les animaux dit totémiques sont nombreux, par exemple dans certaines tribus amérindiennes comme les Hopis où les différents groupes et clans s’identifient à un animal. On aura le clan de la Gazelle, le clan du Serpent, le clan de l’Araignée… dont chacun a ses rites, ses itinéraires de migration, ses calendriers. A chaque animal correspond une fonction précise que l’ethnologue Frank Waters a bien relevées sans avoir cependant exactement identifié le « code », n’ayant pas eu à sa disposition la clé de lecture ouvrant le sens des invariants. Cette clé, c’est le cortex lui-même et sa propre structure cérébrale : image d'une structure… d'Absolu ?
La Face cachée du Cerveau en donne un aperçu assez conséquent tout au long des deux volumes que composent cette œuvre.

L’araignée se distingue par ses 8 pattes. Elle représente symboliquement, dans de nombreuses cultures, l’état évolutif atteint quand un cycle parvient à un stade maximal bien déterminé : le cycle évolutif se déroule selon des rythmes séquencés et repérables. L’énergie, depuis la couche I, monte de couche en couche et y rencontre les différentes modalités expressives prévues et se comporte selon des protocoles extrêmement déterminés. Elle monte jusqu’en couche VI, et transite nécessairement par la couche V. Cette couche correspond à la huitième strate de la structure. C’est-à-dire que l’énergie traverse tout l’édifice structurel, sur les 10 strates qui la composent, et différentes stratégies s'y déploient.

Arrivée en couche Vc, c’est-à-dire en strate 8, l’énergie opère une manœuvre singulière. La couche V dans notre cortex en tant que structure présente une particularité en ce que l'énergie, arrivant à cet endroit, sera sensible au maximum d'écart fonctionnel du à la séparation entre la Gauche et Droite hémisphériques. Cette donnée est également vraie dans le réel, car il modélisé sur le même type de structure.
Les mathématiciens ont calculé, par de savantes recherches, ce moment de la bifurcation entropique sans pour autant en avoir identifié la structure porteuse… La stratégie évolutive du vivant préconise l’arrêt de l’énergie en fin de couche V : arrêt sur la « corne » de Gauche. Transfert de l’énergie vers l’En-Face de Droite, suivie d’une monté rapide vers la couche VI (strates 9 et 10) du côté Droit de la structure.
Un arrêt énergétique se marque sur la Gauche, mais s'accompagne d'un transfert vers la Droite.
Ce lieu dramatique de l’arrêt apparaît dans de nombreuses traditions, et le christianisme l’a fort bien représenté. Ce lieu terrible, c’est celui de la Crucifixion, sur la bifurcation. Le symbole de la Croix représente parfaitement l’homme prié de voir de quel côté l’énergie circule. La Croix représente symboliquement de la déhiscence duelle. Le Christ n’est-il pas appelé le « nazaréen », le « Nazir », c’est-à-dire « l’homme du Tzaddé », la lettre hébraïque Tzaddé final se situant, sur l’arbre alphabétique, sur la dernière branche de gauche, valeur 900 ? Ici, l’énergie déserte le lieu du Tzaddé final et reflue vers le Tzaddé 90 pour opérer ensuite sa montée vers les lettres Qof, Resch, Schin, Tav.
Pour en savoir plus, lire Le Principe du Langage ou l'Alphabet hébraïque, de Dominique Aubier.

L’araignée, pour en revenir à ce sympathique animal, avec ses 8 pattes, nous avertit. Au delà de ce lieu évolutif de la 8ième strate, l’énergie cesse de vitaliser la branche Gauche. L’araignée désigne la fin cyclique du côté Gauche, côté matérialiste et entropique des choses. Elle n’est, en soi, ni gentille, ni méchante : elle est ce qu’elle est. Un être vivant devenant emblème, symbole signalant le lieu évolutif spécifique et la stratégie s’y déployant.

L’araignée, d’un point de vue comportemental, est un être infatigable, obstiné, totalement conditionné par sa vocation qui est… de tisser des toiles à l’infini et de dévorer sans retenue. Elle dispose d’une force considérable, d’une capacité de survie phénoménale, tout à l’image des activités entropiques de l’humanité industrielle s’imaginant que tout puisse se perpétuer à l’infini. Et pourtant, l’ordre de l’arrêt tombe sur l'empire dont elle est la gardienne, car l’énergie file… vers l’En-Face.
L'archétype du Serpent est le premier à nous avertir. La Face cachée du Cerveau consacre tout un chapitre au sens de ce signe et à son décryptage. Le Serpent se déploie, premier avertisseur signalant la présence du complot organisé par les puissances entropiques ennemies. Il nous intime l'ordre d'aller En - Face. De franchir le Pont — autre archétype — et de s'élancer dans le labyrinthe. C'est au cours du passage dans le labyrinthe que l'Araignée se présente, nous rappelant que le danger se poursuit au moins dans la première partie du labyrinthe, tant que nous sommes sous l'influence de la partie Gauche de l'arbre. L'initié ne craint pas l'araignée et l'araignée le respecte. Elle tisse sa toile à l'endroit précis du Labyrinthe où cesse l'influence de l'ennemi. Elle est le filtre laissant passer l'initié mais se refermant sur l'adversaire qui se serait lancé à sa poursuite.
L'épisode de la célèbre sourate coranique l'Araignée est à ce titre édifiant. Poursuivi pas ses ennemis, la Prophète de l'Islam est en fuite (labyrinthe), il se réfugie dans une grotte. Une araignée tisse une toile à l'entrée de la grotte si bien que les poursuivants pensent que personne ne s'est aventuré à l'intérieur de la caverne. L'Araignée a donc protégé l'initié et dérouté les adversaires.
Son apparition évoque un danger réel, mais elle-même n'est pas ce danger. À l'instant même où l'on pourrait succomber au piège, elle intervient en puissance protectrice. Est protégé celui qui entre dans la Caverne où il reçoit l'enseignement initiatique. L'Araignée est son Gardien.

La phobie que l’on développe à l’endroit de l’araignée est au final une saine peur devant un danger que signale l’animal : l’araigné symbolise l’énormité du danger si l’on n’observe pas, en Tzaddé final, l’arrêt et le transfert énergétique vers l'En Face
 Sa toile, dressée au milieu du Labyrinthe est un filet d'interception impitoyable pour qui tenterait de passer sans connaître le Code. Elle pique, enveloppe sa proie et la dévore, tel est prix que paie celui qui s'aventure dans le Labyrinthe dans l'ignorance du Code. Mais passe aisément celui qui connait le mot de Passe et de dangereuse dévoratrice, l'araignée se transforme en protectrice.
L’araignée appartient sans aucun doute à la partie Gauche du Labyrinthe dont elle démarque la limite.


---------

Précisions pour ceux qui veulent en savoir plus


Au delà de l’animal, il faut considérer le mot. Une exégèse des lettres composant le mot permet d’élucider le sens du symbolisme dont l’animal est revêtu. Nous allons pratiquer la lecture du mot araignée dans la langue qui a la capacité d'aller droit au sens : l'hébreu.
Mais commençons d'abord par la langue arabe : Le Coran consacre une sourate à l’araignée, c’est la sourate 29 qui tire son titre du verset 41 : "Ankabout".
Huit lettres composent le mot arabe désignant l'araignée, nous rappelant que l’animal a huit pattes, et renvoyant au nombre de strates que présente la structure. Le chiffre 8 correspond à la lettre hébraïque Het.
Non qu’il s’agisse là d’une « numérologie » à la mode. En hébreu, les nombres s’écrivent naturellement et très officiellement au moyen des lettres, chacune d’elle ayant sa valeur quantitative. Ce n’est donc pas une divagation ésotériste que reconnaître dans le 8 la lettre Het. Cette lettre est le symbole du Pont. Du passage. Passage entre quoi et quoi ?
Il faut avoir constamment en tête le référentiel cortical, me disait l’autre jour Dominique Aubier, pour décrypter toute forme de symbole. Il faut se souvenir de la structure d’Absolu. Dès lors, au moyen de cette grille de lecture, les archétypes deviennent lisibles. Le Het qui se situe en première moitié de l’alphabet, c’est à dire dans l’enclos du Bip, désigne le lieu annonciateur du passage que l’énergie suscitera ultérieurement, en BOP. Parvenue en Tzaddé final, l’énergie reflue vers le Tzaddé et de là, elle s’avance et monte sur la plate-forme supérieure vitalisée uniquement sur la Droite structurelle tandis que le côté Gauche est délaissé.
En Hébreu, le mot "araignée" s'écrit au moyen de 5 lettres. Ce qui indique l'état évolutif maximal atteint à la couche 5, intégrant les 8 strates.
(Nous retrouvons ici ce rapport dialectique entre l'arabe et l'hébreu ou l'arabe présente le détail des éléments structurant tandis que l'hébreu touche au système innervant la structure.)
L’araigné rappelle donc :
  1. L’ordre d’arrêt, déjà donné par le Serpent, sur le côté Gauche de la structure ;
  2. La nécessité systémique de passer le pont.
  3. Elle se situe dans le Labyrinthe sur le seuil séparant la partie Gauche de ce dernier de sa partie Droite.
  4. Elle invite à entrer dans la Grotte pour recevoir l'enseignement initiatique qui se donne en ce lieu.
  5. Elle protège l'initié et lui enseigne l'art et la manière de "tuer le Minautore" qu'il ne manque pas de rencontrer dans la suite des épreuves du Labyrinthe.
  6. Si l'initié connaît le mot de passe, l'Araignée le laisse passer et devient sa protectrice. Ce mot de passe, quel est-il ?
N'allez pas croire que je vais vous le dire !
Mais je peux vous indiquer où le trouver.
L'Araignée nous rappelle que le réel est enfermé dans un cerveau et que tout n’y est que sphère d’intelligence au plan de la structure. Le cerveau humain, intuitivement, par analogie, parce qu'il est lui-même une structure vivante, reconnaît en l’araignée ce puissant signal. C'est ce signal qui effraye une conscience sensible. Le cortex reconnaît en ce signal tout le sens subliminal qu'il véhicule. Et ce sens est parfaitement identifiable, lisible.

Araignée s’écrit en hébreu :
עכביש
Aïn, Kaf, Bet, Youd, Schin

Ayïn est la lettre désignant la capacité de Voir.
Caf, 20.  Sa valeur binaire 2 rappelle le dualisme des hémisphères, le duel fonctionnel, le duo du plan phylétique avec ses deux étapes, l'accord droite-gauche Dans le Caf, le point désigne l'agent évolutif libéré qui, après avoir réalisé la construction organique, retourne dans l'organe achevé et le met en action. Mais cette action enregistre un départ : celui-ci est signifié par la lettre Caf pointée, donnant alors sa sonorité dure de k. L'action en cours correspond au déplacement du Yod dans les étagements structuraux. (extrait du livre Le Principe du Langage ou l'Alphabet hébraïque, par Dominique Aubier).
La lettre Caf symbolise aussi, quand elle paraît à la fin d'un mot, un achèvement précipité, trompeur, qui se substitue à la véritable terminaison évolutive.
Bet désigne la structure
Youd désigne l’énergie
Schin représente les niveaux d’organisation.

Le mot hébreu signifie ainsi très nettement :
Il faut voir la structure, la dualité avec ses deux étapes à l’intérieur de la structure où circule l’énergie dans le respect des niveaux d’organisation.
A défaut de les voir et comprendre… direction la toile en attente d’être dévoré par l’ignorance.
Sans doute la pire toile qui se puisse imaginer…